Culture

Portrait des jurés du FIFM 3/3

Par: Julien ANTINOFF  

CINEMA Dernière étape de notre série consacrée aux membres du jury long métrage de la 13ème édition du Festival International du Film de Marrakech. Intéressons nous à l’actrice française Marion Cotillard, au réalisateur coréen Park Chan-Wook et au cinéaste indien Anurag Kashyap.

Marion Cotillard
2008 restera une année hors du commun pour l’actrice française car elle remporte les plus prestigieux prix : Oscar, César, BAFTA, et Golden Globe pour son interprétation d’Édith Piaf dans “La Môme”. Depuis cette succession de triomphe, elle enchaîne les rôles à Hollywood avec de grands réalisateurs : Tim Burton, Woody Allen, Christopher Nolan et le président du FIFM 2013, Martin Scorsese. Son dernier long métrage réalisé par James Gray “The Immigrant” est présenté Hors Compétition, lors de cette 13ème édition. Celle qui a été révélée dans “Taxi” s’impose dans l’industrie du cinéma américain mais continue également de tourner en France, notamment avec son compagnon Guillaume Canet.

Sa citation : “Être acteur, c'est pour moi une manière de changer de vie tout le temps : jouer rapproche de l'enfance.”

Park Chan-Wook
La carrière de Park Chan-Wook n’a rien de linéaire. Avant de connaître le succès et d’être considéré comme l’un des fers de lance du cinéma coréen, le cinéaste a connu une longue période de disette. Un échec commercial en 1992 l’oblige à changer de voie, il décide de devenir critique de cinéma. Après quelques années d’inactivité cinématographique - il tourne seulement un court métrage - il revient avec “Joint Security Area”, un film adapté d’un roman. Le film attire cinq millions de spectateurs et devient le deuxième plus gros succès de l’histoire des salles obscures coréennes. On est alors dans les années 2000 et la carrière de Park Chan-Wook est lancée. En 2004 son film “Old Boy” est salué d’un Grand Prix par le Festival de Cannes. Cinq ans plus tard il reçoit le Prix du jury ex-aequo pour “Thirst”. Les critiques apprécient son style déroutant, son goût pour le bizarre et sa virtuosité. 

Sa citation : “J’aime bien montrer en détail ce que les autres ignoreraient et éluder des choses auxquelles ils porteraient une attention méticuleuse.”

Anurag Kashyap
L’histoire d’amour entre le FIFM et le cinéma indien continue. Après avoir été à l’honneur de l’édition précédente, l’Inde place un représentant prestigieux dans le jury en la personne de Anurag Kashyap. Acclamé par la critique à de nombreuses reprises, le réalisateur est une figure de la nouvelle vague du cinéma hindi. Ses films “Gangs of Wasseypur” et “Ugly” ont été présentés au Festival de Cannes dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs. Grâce à son style audacieux et une structure narratrice novatrice, le metteur en scène insuffle une dynamique différente au film indien. 

Sa citation :  “Si Gangs of Wasseypur n’est pas bollywoodien dans sa forme, il l’est dans le fond, car nous décrivons des personnages influencés par Bollywood.”

Texte Julien Antinoff

Photo DR

1ère partie de ces portraits.
2ème partie de ces portraits