Culture

Portrait des jurés du FIFM 1/3

Par: Julien ANTINOFF  

CINEMA Les membres du jury long métrage de la 13ème édition du FIFM sont des acteurs majeurs du septième art. Certains, à l’instar du président Martin Scorsese ou de Marion Cotillard sont des stars internationales quand d’autres sont moins connus du grand public. Pour la première partie de cet article, nous tirons le portrait de Narjiss Nejjar, Fatih Akin, et Paolo Sorrentino.

Narjiss Nejjar, réalisatrice, Maroc
Tête d’affiche de la nouvelle vague de cinéaste marocaine, Narjiss Nejjar est une touche à tout. Née à Tanger en 1971, elle étudie le cinéma à Paris avant d’écrire un roman « Cahiers d’empreintes ». Elle créé sa société de production Terre Sud Films, avant de se concentrer sur la réalisation de court métrage. Son premier succès arrive en 2003 avec un film salué par la critique "Les Yeux Secs" et présenté au Festival de Cannes dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs. En 2011, le troisième long métrage de Narjiss Nejjar "L’Amante du Rif" sort sur les écrans, il est également projeté lors de la soirée d’ouverture du FIFM. 

Sa citation : (sur le choix d’être réalisatrice) "Je considère le cinéma comme un acte citoyen et parce qu’une société longtemps muselée induit une forme dangereuse de schizophrénie en chacun de nous". 

Fatih Akin, réalisateur, Allemagne
Être membre d’un jury présidé par Martin Scorsese est un clin d’oeil à l’histoire car dans son premier long métrage “L’Engrenage”, Fatih Akin s’est inspiré du réalisateur américain pour décrire l’univers mafieux. Cinéaste de talent, cet allemand d’origine turc est aussi scénariste, producteur et s’autorise souvent des petits rôles dans ses films. En 2004, le film “Head-On” lui fait accéder à la reconnaissance internationale puisqu’il remporte l’Ours d’or au Festival de Berlin. C’est le début d’une relation couronnée de succès avec les festivals, en 2007 au Festival de Cannes il décroche le prix du Scénario pour le film “De l’autre côté”. Deux années plus tard, il obtient le Grand prix du jury à la Mostra de Venise pour “Soul Kitchen”. L’immigration et la double culture turco-allemande sont des thèmes chers à Fatih Akin. Dernièrement son documentaire “Polluting Paradise” aborde le thème de la pollution en Turquie et a été qualifié lors de sa sortie de “plaidoyer pour le courage civique”.

Sa citation : (sur son documentaire) : “Je pense que mon film pourra éveiller une conscience et peut-être faire naître des discussions en Turquie afin que les choses se passent autrement à l’avenir”. 

Paolo Sorrentino, réalisateur, Italie
Ce metteur en scène à une longue histoire d’amour avec le Festival de Cannes. En 2004 et en 2006, deux de ses films sont en compétition, et en 2008 il repart avec le Prix du Jury pour le film “Il Divo”. Après trois ans d’absence il présente à la Croisette son long métrage “This Must Be the Place” où il fait de Sean Penn, une ancienne star du rock. Une entorse à son habitude puisque son acteur fétiche est son compatriote Toni Servillo.

Sa citation : “Le cinéma est parmi toutes les disciplines artistiques celle qui permet le plus de rester des éternels amateurs”. 

Seconde partie de l'article le lundi 18 novembre prochain. 

Texte Julien Antinoff

Photo DR