À savoir

L'Aïd el-Kebir pour les nuls

Par: Majda FADILI  

A SAVOIR On les a vu passer ces derniers jours dans les rues de Marrakech, à mobylette, en camionnette et même portés sur les épaules, les moutons ont été convoités toute la semaine.

Date marquante du calendrier hégirien, la fête de l’Aïd el-Kebir ne se résume pas à une seule journée de célébration, c’est tout un programme de préparation et de sélection.

Genèse
L’Aïd el-Kebir est plus connu dans le monde arabe sous le nom de « Aïd el Adha ». Cette fête commémore l’épreuve d’Ibrahim. Le prophète a fait un rêve dans lequel Dieu lui a ordonné de sacrifier son fils Ismaël, par croyance, Ibrahim a décidé de s’y soumettre. Au moment de passer à l’acte, il fut interrompu par Dieu : l’archange Gabriel lui a apporté un mouton pour remplacer Ismaël. Depuis, les musulmans sacrifient un mouton pour saluer cet acte de dévouement, une partie de la viande est distribuée aux plus démunis.

Un choix réfléchi
L’Aïd el-Kebir est marqué par une étape cruciale : l’achat du mouton. Certaines familles marocaines préfèrent s’y prendre à l’avance pour avoir un bon rapport qualité-prix, d’autres privilégient les offres de dernière minute. Le prix de la bête varie entre 1 500 dh et 4 000 dh, mais il n’est pas le seul critère de sélection. Dans une ambiance digne d’un concours de beauté, les voisins se lancent instinctivement dans une course au plus beau bélier. Connus pour leur grande taille, les mâles de type Sardi sont privilégiés. Pour décrocher la perle rare, deux options se présentent. La première est de se rendre aux marchés mis en place aux portes de la ville, notamment le Souk El Arbaa, le Souk de Mhamid ou le marché de Sidi Youssef. La deuxième option est de s'approvisionner directement auprès des fermes aux environs de la ville de Marrakech, telles que les fermes situées sur la route de l’Ourika. 

Au-delà du caractère religieux, l’Aïd el-Kebir est un moment de rassemblement familial, de partage et de solidarité. 

Texte Majda Fadili
Photo DR